« La dynamique des fins de carrières professionnelles : analyses cohortales et longitudinales des transitions des travailleurs âgés sur le marché de l’emploi »

Thèse doctorale soutenue en avril 2016.

Thèse FNRS-FRFC (2012-2015)

- Recherche doctorale sous la direction de P. Desmarez.
- Doctorant : Wels Jacques

Résumé du projet de recherche :

Cette thèse de doctorat (projet FNRS-Fond de Recherche Fondamentale Collective) s’intéresse aux dynamiques de retrait complet ou partiel des travailleurs âgés du marché du travail. Les retraites sont aujourd’hui centrales dans le débat politique, tant au niveau de l’Union Européenne quand dans les Etats membres : discussions autour de l’augmentation de l’âge de la retraite, incitants à l’augmentation de la durée du travail, incitants pour garder les individus de plus de 55 ans au travail. Ces débats prennent place à la fin d’une période durant laquelle ont été créés et sont devenus populaires des instruments causant un déclin de taux de participation au marché du travail des séniors.
L’objectif de ce projet est, d’une part, de décrire les politiques publiques en matière de retraites, de retrait et de non-travail et les comportements des travailleurs âgés, d’autre part. Nous utiliserons une analyse de type âge-période-cohorte (APC) afin d’étudier dans quelle mesure la présence dans une cohorte de naissance, l’âge ou encore les facteurs de contexte influencent la transition vers la retraite. Cette méthode a déjà été utilisée par L. Chauvel (Chauvel, 2010) dans le cas français.

Dans un premier temps, une étude de données quantitative sera réalisée dans le cadre de l’Europe des 15 sur bases des Enquêtes sur les Forces de Travail (EFT). Elle permettra de distinguer différents types de configurations de l’emploi des travailleurs âgés de 45 ans ou plus. Elle sera combinée avec une approche par les politiques publiques en matière d’emploi et de non-emploi. Les dispositifs tels que le chômage, l’invalidité, le temps-partiel, la retraite-partielle, le départ anticipé seront comparés. Ces dispositifs seront étudiés d’un point-de-vue longitudinal (leur évolution dans le temps) et d’un point-de-vue cohortal (l’évolution des situations individuelles dans le temps). Ce deuxième angle sera cependant basé sur des « fausses cohortes » dans la mesure où les EFT ne permettent pas de disposer d’un suivi des individus sur un lapse de temps. Les données issues des enquêtes Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe (SHARE) seront, de façon plus résiduelle, mobilisées.

Dans un second temps, la question sera approfondie pour les cas de la Belgique fédérale. Nous nous baserons sur les données issues du Datawarhouse Marché du travail & protection sociale afin de pouvoir mettre en place une analyse cohortale non plus basée sur des fausses cohortes mais bien sur des générations de naissance réelles. Cet outil permettra en outre d’affiner de façon capitale les dispositifs dont les belges usent, outils qui sont inhérents à chaque pays et que la comparaison internationale tend à minimiser.

Dans une troisième temps, enfin, une étude qualitative sera réalisée, dans le cadre de la Région de Bruxelles-Capitale afin de comprendre des aspects que les enquêtes quantitatives ne peuvent mettre en valeur (vécu, ressenti, projets, place de la valeur travail, place de la vie hors-travail, etc.).

- retour fiche membre