PODCAST : Esteban Martinez sur la flexibilité du temps de travail

La flexibilité croissante du temps de travail, par Esteban Martinez, METICES – 1er février 2012

Horaire coupé, emploi intérimaire, travail du dimanche et/ou de soirée, chômage technique, horaires flottants… Le temps de travail, jadis réglé comme du papier à musique de 9 heures à 18 heures avec une pause déjeuner, est en pleine mutation. Son nouveau mot d’ordre : la flexibilité.

Esteban Martinez, chercheur auprès de METICES, Faculté des Sciences sociales et politiques s’est intéressé à cette mutation. “Après la 2e guerre mondiale, la norme était basée sur l’emploi à temps plein et sur des horaires réguliers. Cette norme sociale s’est considérablement affaiblie”, estime-t-il. “Les horaires se sont diversifiés, ils sont devenus flottants, atypiques”.

A qui profite cette flexibilité ? “L’initiative vient des employeurs”, note Esteban Martinez, “Elle a été soutenue par une déréglementation du temps de travail. Mais les travailleurs aussi y trouvent en partie leur compte”. Quel est l’impact de cette flexibilité ? Quels en sont les ressorts ? Et pourquoi a-t-elle pris une telle ampleur ?

Le chercheur qui vient de consacrer un ouvrage sur le sujet, nous précise les moteurs de cette flexibilité croissante ainsi que ressorts. La notion de disponibilité est désormais un argument fort dans le chef des travailleurs.

ECOUTEZ LE PODCAST

Documents téléchargeables