Institutionnalisation du féminisme et représentation politique. Le cas du Chili depuis la fin des années 1980

Thèse doctorale défendue en août 2008 - Faculté des sciences sociales et politiques

- doctorat en sciences sociales et politiques
- promoteur : Bérengère Marques-Pereira
- doctorant : Sophie Stoffel

Résumé : Cette recherche doctorale propose de discuter le concept de représentation politique afin de pouvoir le mobiliser dans l’examen empirique de la dynamique d’institutionnalisation du féminisme au Chili. La thèse défendue est que les organisations féministes institutionnalisées « font » de la représentation politique bien qu’elles n’appartiennent pas à l’espace politique formel défini par les élections et qu’elles ne sont pas impliquées dans une relation d’autorisation et de reddition des comptes avec les personnes qu’elles entendent représenter. Il s’agira donc de combler l’approche conventionnelle de la représentation politique, ancrée dans l’histoire du gouvernement démocratique libéral, et qui ne permet pas de rendre compte d’un pan de la représentation politique : celle qui ne s’articule pas autour des élections et qui est le fait d’acteurs évoluant en dehors de l’espace politique formel. L’étude du cas chilien, selon une démarche de sociologie historique du politique, permettra de tester cette hypothèse.

voir également : http://theses.ulb.ac.be/ETD-db/collection/available/ULBetd-06242008-163300/